OVH a initié un plan d'investissement de 1,5 milliard d'euros. Objectif : construire 30 nouveaux datacenters, et atteindre à terme un parc de 50 centres de données à travers le monde.

 

 

OVH est classé depuis 2014 par Netcraft en deuxième position des plus importants hébergeurs mondiaux. Fort de 2100 salariés, le groupe français compte à ce jour 270 000 serveurs (faits maison) dans quelque 20 datacenters, et plus de 4 millions de noms de domaine sous sa responsabilité. A l'issue de son exercice fiscal 2017 (clos fin août), il enregistre un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros, en hausse de 25%. Tablant sur une croissance annuelle de 30%, la société entend atteindre 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2020, et 5 milliards en 2025. Une ambition qui repose principalement sur une stratégie d'internationalisation.

OVH est indissociable de la figure emblématique de son PDG et fondateur : Octave Klaba. Surnommé "Oles" en interne, il se définit comme un geek. L'homme, d'origine polonaise, s'est entouré de membres de sa famille pour piloter son entreprise : son frère Miroslaw (en charge de la R&D), ainsi que sa mère Halina et son père Henryk.

De l'hébergement au cloud

Octave Klaba crée OVH en 1999, alors qu'il est étudiant en 3e année à l'ICAM (Institut Catholique d'Arts et Métiers) à Lille. La société se fait initialement connaitre sur le créneau de l'hébergement de serveurs mutualisés et dédiés. Elle installe d'abord ses infrastructures dans des datacenters sur Paris (chez Claranet et Free). En 2006, OVH s'équipe d'un premier centre de données en propre à Roubaix, là où est situé son siège social. Depuis, cinq autres datacenters ont été érigés sur le site. Surnommé Roubaix Valley, le campus ne cesse de s'étendre, avec de nombreux bâtiments de bureaux, un restaurant, une crèche d'entreprise...

Les années suivantes, OVH se lance à l'international. Allemagne, Finlande, Irlande, Italie, Maroc, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Tunisie.... Le groupe multiplie les filiales en Europe et en Afrique du Nord.

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image

Fil RSS des commentaires de cet article